Vous êtes ici

Le palmarès des écoles d’ingénieurs 2017

Le mouvement de fusions des écoles d’ingénieurs se poursuit plus que jamais, entraînant quelques changements dans le classement 2017 de « L’Usine Nouvelle ». Apparaissent ainsi deux nouveaux établissements de poids : l’Institut Mines-Télécom (IMT) Atlantique, issu de la fusion des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne, et l’Institut Mines-Télécom (IMT) Lille Douai, né du rapprochement des Mines de Douai et de Télécom Lille. Centrale Paris, dont l’alliance avec Supélec n’est pas terminée, tout comme Centrale Lyon, avec l’ENI de Saint-Étienne, n’ont en revanche pas pu participer cette année à notre classement. L’Efrei et l’Esigetel, qui partagent déjà leur politique internationale et leur politique de recherche, au sein d’une même structure juridique, ont été classées ensemble, comme un établissement fusionné.

Cette année, nous avons réduit les indicateurs purement quantitatifs, qui favorisent les grosses structures. Le nombre d’anciens élèves a ainsi disparu. D’autres indicateurs ont été légèrement modifiés. En effet, nous avons décidé d’utiliser les données déjà fournies par les écoles à leurs instances, la Commission des titres d’ingénieur (CTI) et la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI).

Sans bousculer foncièrement notre top 20, ces nouveautés influent sur la hiérarchie des écoles. Polytechnique domine toujours, avec presque 20 points d’avance sur l’UTC, suivie de près par l’ESPCI. L’IMT Atlantique se hisse d’emblée à la cinquième place. Les écoles du numérique sont toujours tirées vers le haut par leurs très bons salaires de sortie.

Les écoles des INP (exceptées certaines écoles de l’INP de Lorraine) n’ont pas pu fournir à temps leurs données et ne sont donc pas classées. Enfin, quelques écoles habituellement présentes, comme Arts et Métiers ParisTech et plusieurs écoles d’agro, n’ont pas souhaité participer en raison de désaccords sur la méthodologie adoptée l’année dernière. 

L’Usine Nouvelle -  Cécile Maillard et Victor Schmitt –14/02/17

http://www.usinenouvelle.com/classement-des-ecoles-d-ingenieurs

classement idf

Rang

École

Note globale

Salaire un an après la sortie (annuel brut en €)

Doubles diplômés à l’étranger (%)

Publications scientifiques par chercheur en 2015

Diplômés incubés en cinq ans

Part de filles(%)

1

Polytechnique

95,70

44 000

36,42

2,72

107

15,40

3

ESPCI

71

41 000

1,08

1,21

15

36,71

4

Télécom ParisTech

70,20

41 850

31,80

3,80

42

20,59

5

Mines ParisTech

69,40

43 290

1,40

1,61

25

22,12

9

École des Ponts ParisTech

66,70

44 050

48,09

1,58

5

26,69

11

Isep

65

43 050

7,41

2,17

36

19,36

17

Télécom SudParis

61,40

40 000

4,21

0,79

38

22,33

17

Esilv

61,40

40 800

27,10

0,76

23

20,99

22

Sup Galilée

59,60

36 500

1,16

1,50

0

26,19

23

Chimie ParisTech

59,30

37 000

7,77

2,22

0

51,86

23

Efrei

59,30

38 584

14,34

0,79

149

15,75

25

Estaca

59,10

40 936

20,73

0,18

5

12,01

26

Epita

58,90

40 250

3,74

0,67

28

8,89

27

ECE Paris

58,60

37 190

5,95

0,46

87

21,44

28

EPF

57,90

38 450

18,46

1,17

22

35,12

30

Esiee Paris

57,60

37 000

1,71

0,69

8

18,50

31

Ipsa

56,90

40 200

14,04

1,67

5

26,03

33

Eisti

56,50

39 400

13,93

0,62

33

14,82

37

Polytech Paris-Sud

55,90

36 000

2,70

3,23

4

21,17

46

Supméca

53,50

36 231

9,13

1,19

3

22,22

52

Ensiie

52,60

37 650

12,98

0,69

20

18,70

54

Esme Sudria

51,90

39 380

12,80

0,50

25

17,79

75

EIVP

49,70

30 000

1,45

1

0

45

84

Ensea

48,80

35 500

12,50

1,25

9

17,09

85

Esiea

48,60

39 000

5,56

0,65

28

13,94

94

ESTP

45,10

37 000

12,23

0,18

18

28,02

99

Icam

44,60

37 750

1,76

0,12

33

14,06