Vous êtes ici

La santé du dirigeant, premier capital de l'entreprise

La santé du dirigeant, premier capital de l'entreprise

Le 08/08 
La santé du dirigeant, premier capital de l'entreprise

La santé du dirigeant, premier capital de l'entreprise -

Un dirigeant en bonne santé a plus de chance de rendre son entreprise performante. Et plus il aura confiance dans son activité, plus il se sentira en forme. Un cercle vertueux. 

Prévention et performance

79% des dirigeants de TPE/PME estiment être en bonne ou en très bonne santé contre 69% des salariés, selon une étude réalisée par Opinion Way pour Malakoff Médéric en 2015. Les trois quarts de ces chefs d'entreprises déclarent même « faire ce qu'il faut pour avoir un mode de vie sain ». Mais cela n'empêche pas cette population d'être fortement exposée à l'isolement, à une pression quotidienne et au stress. Les dirigeants de PME ont, pour la plupart, un rythme de travail soutenu : 44% déclarent travailler plus de 50 heures par semaine et pour 21% d'entre eux la durée dépasse les 60 heures.

Selon Olivier Torres, professeur à Montpellier Business School et fondateur de l'Observatoire de la santé des dirigeants Amarok, la principale conséquence est un manque de temps les empêchant de développer des comportements préventifs. « Ils n'ont pas le temps de faire du sport, de déjeuner sainement et d'aller faire un contrôle de santé régulièrement, résume-t-il. Ils nous disent souvent: je ne peux pas me permettre d'être malade ». De fait, 70% des dirigeants estiment ne pas pouvoir s'arrêter même si leur médecin le leur prescrit.

Impact sur la santé de l'entreprise

 

Cette contrainte de temps a fatalement un impact sur la santé des dirigeants. Parmi ceux qui estiment avoir un mode de vie équilibré, 39% ont des problèmes de surpoids, 23% sont fumeurs et 14% consomment quotidiennement de l'alcool. Or, la santé du dirigeant conditionne au moins en partie la santé de l'entreprise. « Quand vous commencez à rogner sur vos heures de sommeil, vous mettez en jeu les performances de la PME, estime Olivier Torres. Une mauvaise qualité de sommeil atrophie vos aptitudes entrepreneuriales comme la créativité ou la capacité à saisir des opportunités ».

Inversement, une activité en difficulté peut nuire à la santé de son dirigeant. Problèmes de trésorerie, relations clients dégradées, échecs commerciaux ... finissent par peser sur l'entrepreneur. Les dégâts sont à la fois physiques et mentaux. D'après l' étude Opinion Way/Malakoff Médéric  , la santé de l'entreprise joue sur la capacité du dirigeant à se projeter dans le futur. Plus ce dernier est confiant dans son activité et plus il se sent en forme. Le capital humain  est en effet le premier capital immatériel de l'entreprise.

Mais, d'une façon générale, les dirigeants s'intéressent encore peu à leur santé et sous-estiment son impact sur la bonne marche du business. Le sujet reste souvent tabou, comme celui de l'échec entrepreneurial. C'est d'autant plus dommageable qu'un chef d'entreprise concerné par son capital santé sera plus attentif à la santé de ses salariés. « Parmi les dirigeants que nous avons suivi, 60% ont modifié le regard qu'ils portent sur leur santé et 40% celui porté sur la santé de leurs salariés », souligne Olivier Torres. Le bien-être des collaborateurs dépend donc aussi en partie de la sensibilisation du dirigeant à son propre bien-être. Une prise de conscience qui doit encore progresser dans l'esprit de nombreux patrons de PME. Vaste chantier.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/partenaire/le-comptoir-mm-de-la-nouvelle-entrepr...